Quels traitements ?

AFBO-CirculatoryLes témoignages qui nous parviennent ainsi que notre propre expérience de la maladie, nous incitent à être plus précis sur le sujet :

– le syndrome d’épuisement professionnel (« burnout ») est une maladie d’abord très physique,

– il ne s’agit pas d’une dépression,

– les antidépresseurs et anxiolytiques sont déconseillés (1) à moins qu’un diagnostic de dépression ou d’autres troubles psychiques soit clairement posé nécessitant l’administration de ces traitements,

– il n’existe pas de médicament contre le syndrome d’épuisement professionnel,

– un coaching ne constitue pas un traitement, mais un « mieux-être » professionnel à envisager après la guérison.


NOTRE EXPERIENCE NOUS PERMET DE VOUS INFORMER :
AFBO-Medical doctor. quels que soient vos symptômes, il est indispensable de consulter son médecin traitant afin d’écarter tout risque de maladie organique susceptible de provoquer les mêmes symptômes que le « burnout » et les autres formes d’épuisement professionnel,

. sur les bienfaits d’un traitement « par la parole », pouvoir parler, trouver une écoute attentive, sans jugement, auprès d’un médecin psychiatre de ville, d’un psychologue de ville est un très bon début,

. dès l’arrivée des premiers symptômes et/ou pendant la période d’arrêt, en complément de ce traitement « par la parole », n’hésitez pas à découvrir les médecines « douces » et à renouer avec une meilleure hygiène de vie,

. la maladie étant d’origine professionnelle, un conseil juridique est indispensable, connaître ses droits, pouvoir se défendre, demander réparation et se projeter constituent la première étape de la guérison.


NOUS DEVONS PRECISER ENCORE :

Si le diagnostic de dépression ou d’autres troubles psychiques est clairement posé, la prescription de psychotropes peut s’avérer nécessaire. Mais les médecins que nous avons consultés (y compris au Ministère de la Santé) nous confirment que ces traitements ne doivent être administrés que sur une courte durée puisque le risque d’accoutumance existe et le sevrage très difficile.

Ces traitements deviennent alors une camisole chimique qui rend difficile toute projection vers une nouvelle vie/professionnelle.

AFBO-LawA l’AFBO, nous entendons déjà trop de témoignages de personnes toujours sous traitements après un an ou deux ans d’arrêt, sans aucune perspective de guérison et en fin de droits. Si vous avez besoin d’une assistance juridique, n’hésitez pas à nous contacter : contact@afbo.fr .

 

(1) Les constantes biologiques entre dépression et épuisement sont différentes : espoir de dépistage – les psychotropes modifient l’activité mentale et psychologique comme l’indique l’ASEF

 

Dernière mise à jour le 19 juillet 2015.