À qui parler ?

AFBO-psychologieNotre site n’est ni un site médical ni un site juridique (j’espère que vous avez lu notre charte d’utilisation) et les informations qui y figurent ne remplacent pas la consultation auprès d’un professionnel de santé ou du droit.

Mais trouver quelqu’un à qui parler du « burnout » est une chose difficile, j’en veux pour preuve les demandes de personnes touchées par l’épuisement professionnel et encore plus touchées par le manque d’écoute de leur médecin ou psychothérapeute.

Burnout ou dépression
S’il existe des symptômes communs entre le burnout et à la dépression, les deux maladies diffèrent par leur cause. Le lien avec le travail est essentiel dans l’apparition des premiers signes du « burnout », qui sont d’ailleurs très physiques (symptômes de stress).

Par la suite, un « burnout » mal soigné ou non diagnostiqué peut évoluer vers une dépression, ce risque est accru s’il existe des antécédents de dépression mais ne doit pas faire oublier la causalité avec le travail (surcharge, actes de malveillance, non respect du contrat de travail, de la fiche de fonction…).

Quel que soit le stade d’évolution du « burnout » (un processus autant qu’un état de santé), un soutien psychologique est nécessaire. Une fois écarté tout risque de maladie organique avec le médecin traitant, il est important de parler et d’exprimer la souffrance subie et souvent incomprise par l’entourage professionnel (comment comprendre une maladie invisible et non reconnue ?).

Trouver le bon thérapeute
Les antidépresseurs et anxiolytiques ne sont d’aucune secours dans le cas du « burnout ». Ce n’est pas moi qui le dit mais les chercheurs qui m’ont aidée à rédiger le volet recherche médicale qui le disent.

AFBO-Compte TwitterPar ailleurs, c’est aussi ce que nous apprend notre communauté de patients. Ceux d’entre eux qui ont essayé se sentaient comme « anesthésiés » ou « endormis » (émotion, mémoire, libido sans compter les effets secondaires physiques) mais ne se sentent pas mieux.

Autre cas de figure, le thérapeute qui, dès les premières minutes, évoque la figure du père et vous dit que tout se joue dans l’enfance. Insupportable !

Au risque d’écrire des évidences, la bonne personne à qui parler en cas de « burnout » est tout d’abord un professionnel de santé qui connait le « burnout », maladie professionnelle qui vous fige dans le présent et empêche toutes projections (pas de diagnostic ni pronostic et un avenir professionnel souvent assujetti à un parcours du combattant juridico-administratif).

Au cœur du « burnout » et des autres formes de l’épuisement professionnel, il y a de longues heures de travail auxquelles il est difficile d’échapper (arrêtons de parler à tort et à travers de surinvestissement !), des actes de malveillance qui sont tout simplement des délits, et la sensation d’être pris au piège (comment se sortir du contrat de travail devenu toxique ? comment en chercher un autre quand la force vous manque ? que dira cet employeur quand on le contactera pour une prise de référence ?).

Forum de patients
Je l’écris très souvent : si une thérapie/un traitement ne marchent pas, dites-le à votre thérapeute. S’il n’est pas à l’écoute de votre malaise, changez-en ?

Un professionnel à l’écoute devrait être à la fois attentif, efficace et dans l’empathie. Dès les premières paroles échangées, le contact devrait passer et dès la fin de la première séance, le patient devrait ressentir un soulagement.

AFBO-VisagesPar ailleurs, et puisque la maladie est liée à votre travail, n’oubliez pas que ce professionnel de santé ne devra pas rechigner à produire des certificats médicaux. Au risque de surprendre et même si la chose est ponctuelle, certains médecins psychiatres issus d’une consultation bien connue ont refusé de produire ces certificats aux avocats des plaignants.

Sur les conseils du Conseil National de l’Ordre des Médecins, nous avons commencé à réunir une liste de professionnels de santé qui nous sont recommandés par les patients eux-mêmes. Sur demande d’un patient, nous pouvons vous indiquer le nom et les coordonnées d’un médecin, d’un psychologue ou d’un médecin psychiatre. N’hésitez donc pas à nous écrire : contact@afbo.fr

Vous pouvez tenter les groupes de paroles mais prudence : un psychologue du travail n’est pas un soignant, à vous de voir donc.

Si vous voulez partager en toute discrétion et confidentialité avec d’autres personnes touchées, notre forum sera mis en ligne début février (accès strictement réservé aux personnes touchées et soumis à adhésion).

Dans l’attente, vous pouvez partager, réagir et écrire (contact), nous soutenir ou nous suivre sur Twitter (@AssoBurnOut).

Merci à tous.

Auteur : Léa Riposa
Publié le 17 janvier 2016.
Mis à jour (lien Contact) le 29 octobre 2018.