De la triche !

L’AFBO vit un tournant de son histoire, nous allons devoir nous organiser grâce et pour nos adhérents bénévoles.

Nous recueillons de plus en plus de témoignages spontanés qui nous montrent à quel point tout reste à faire en matière de parcours du patient.


Communauté de patients

Avant de cofonder l’AFBO, j’ai effectué quelques recherches et interrogé les principaux acteurs du burnout en France pour savoir où je mettais les pieds (déformation professionnelle j’imagine). C’était en 2013, je n’ai pas été déçue…

La plupart des interlocuteurs interrogés m’ont reçu très vite et n’ont rien caché de leurs croyances et de leurs intentions. « Le burnout je n’y crois pas, ça n’existe pas ». « Ils ont fait de vous une tombe » (une avocate évoquant le protocole transactionnel qui m’avait en fait libérée). Ma décision fut vite prise : le blog destiné au cadres de l’industrie deviendra une association de patients.


Nous rejoindre

Depuis une campagne de médiatisation sans précédent, supposée éclairer sur le fameux mal du siècle, n’a fait que brouiller les pistes et générer de faux espoirs. On en parle beaucoup et si mal.

Depuis, le burnout est devenu un business ! La pathologie n’étant pas officielle, on peut librement estampiller « burnout » à peu près tout et n’importe quoi… À croire que le travail collégial et inédit effectué au sein de la HAS n’est qu’un premier pas timide (le rapport est à télécharger en fin de cette page).

Comment prendre les personnes touchées au sérieux ? Qui se soucie des risques d‘un diagnostic tardif que ces parasites du burnout sont très loin de pouvoir imaginer : AVC, coma diabétique suite à un stress professionnel intense, cancer de la peau consécutif à une maladie auto-immune survenue pendant un burnout très avancé, Karoshi…


De la triche

Nous avons des priorités non négociables : identifier les besoins des personnes touchées, contribuer à la recherche médicale visant au diagnostic médical précoce et en finir avec l’abus de psychotropes, mettre en place un parcours de soins et de prise en charge adapté.

Alors oui, nous choisissons de collaborer exclusivement avec les professionnels du droit que nous avons réunion et avec les professionnels de santé.

Je suis lasse de l’écrire : nous ne donnons pas suite aux demandes de collaborations autres ! Notre temps bénévole est entièrement dédié à nos protégés.

Priorité absolue et non négociable compte tenu du contexte, quand certains accusent de triche le recours à l’accident du travail ! Quel est leur motivation, défendre les personnes touchées ou sanctionner les entreprises (elles sont déjà sanctionnées et condamnées) ?

Si vous adhérez, soyez attentif à notre projet, à nos ambitions car nous sommes très loin de la théologie ambiante du travail = souffrance.

Le monde change, les entreprises évoluent et les travailleurs aussi. Derrière une même startup (ah les startups si souvent diabolisées !) peuvent se cacher de nobles projets, menés par des professionnels d’âge et de compétences bien différentes, qui ont juste envie de travailler ensemble et même de s’éclater au travail !

Publié le 9 avril 2018
par Léa Riposa