Idées reçues. Episode 2

burnoutÀ quelques heures d’intervenir pour la première fois aux noms des malades (Expo Protection), j’oscille parfois entre le doute et la certitude que nous sommes sur la bonne voie.

Il suffit que l’un de nos nombreux témoins m’interroge sur des théories dénichées sur internet et mes doutes s’effacent. Extrait…

Burnout professionnel
Pour ceux qui nous découvrent, sachez que l’un de nos objectifs principaux est la reconnaissance de la maladie « burnout » avant même son caractère professionnel, puisque le « burnout » ne peut être que d’origine professionnelle.

D’ailleurs, dès 2011, la Cour d’Appel de Bordeaux admet que l’origine professionnelle d’un burnout ne peut être contestée, étant donné la nature de la maladie (Cour d’Appel de Bordeaux, 10 novembre 2011 n° 10/06357).

Par ailleurs, et comme je l’ai déjà indiqué à diverses reprises, les médecins et chercheurs qui, dans le monde, cherchent à diagnostiquer de façon fiable la maladie, parlent de occupational burnout ou de work-related burnout (burnout professionnel ou burnout en lien avec le travail).

Burnout à but lucratif
Seulement voilà, tant que la maladie n’est pas officielle, elle ne sera pas enseignée en Faculté de médecine et le diagnostic précoce sera très difficile. Et que dire des conséquences de cette errance diagnostique (pas de diagnostic, donc pas de prise en charge optimale ni pronostic) !

Surtout, nous ne pourrons rien contre les « fraudeurs » qui publient des informations qui non seulement n’éclairent en rien sur la question mais stigmatisent les malades. La souffrance générée par de telles lectures peut être terrible !

Extrait donc d’un site prétend alerter et qui semble inviter à l’auto-diagnostic, comme l’a compris mon interlocutrice :
le travail, c’est important
perfectionniste
se met beaucoup la pression
ressent devoir répondre aux attentes des autres
difficulté à dire non
difficulté à prendre du temps pour soi, à prendre soin de soi
besoin de reconnaissance important
la capacité à éponger les autres
un excès d’empathie.

Les personnes touchées seraient donc personnellement responsables de leurs maux et devraient donc se remettre en question ! Terrifiant !

AFBO-To sign a contractContrat de travail
Les textes tels que celui-ci se suivent et se ressemblent. Internet fait de chacun un émetteur, un expert, pourtant internet ne constitue pas toujours un savoir validé. Prudence !

J’avais déjà épinglé les idées reçues du burnout mais je ne me lasse pas d’enfoncer le clou.

Au cœur du « burnout », il y a nécessairement un non respect du contrat de travail, qui est soumis aux règles du droit commun et qui doit être exécuté de bonne foi.

Le « burnout » est un long processus de dégradation de la santé qui trouve son origine dans une modification brutale et durable des conditions de travail.

Le plaisir au travail et l’enthousiasme n’ont jamais provoqué de souffrance. En revanche, nous constatons que des facteurs pathogènes tels dysfonctionnements, surcharge de travail et harcèlement moral sont très présents dans les circonstances de la maladie.

Ces prédateurs qui frappent souvent à notre porte pour de mauvaises raisons connaissent-ils les métiers que nous exerçons, les responsabilités qui pèsent sur nos épaules ? Ingénieur dans l’aéronautique, directeur informatique d’un grand hôpital, expert en supply chain, directeur d’établissement scolaire ou encore cadre supérieur dans une banque…

AFBO-auditoriumDes métiers que l’on n’exerce pas à la légère, qui nécessitent une attention de tous les instants. Mais qu’en savent ils ? Rien a priori ! Parfois ils disent non et c’est pire que tout.

Peut-être serez vous dans la salle à Expo Protection demain. Venez nous écouter, nous tenterons d’être les dignes représentants de la parole des patients, surtout, oubliez tout ce que vous avez entendu ou lu sur le « burnout »…

Auteur : Léa Riposa
Publié le 6 novembre 2016.