Retrouver le chemin de l’emploi

Ce blog a fait l’objet d’une longue pause car j’ai souhaité donner de mon temps aux adhérents qui ont répondu présent à notre appel interne à bénévolat.

Mon vœu le plus cher : que ces missions servent de tremplin et puissent faciliter le retour à l’emploi, s’ils le souhaitent, s’ils le peuvent bien entendu.

J’avais déjà écrit sur le sujet mais je vais devoir enfoncer le clou car un article récent m’a fait bondir ! Une émission radiophonique dont je n’ai pu retrouver qu’une trace écrite, donne la parole aux experts auto-proclamés qui nous expliquent comment retrouver le chemin de l’emploi… Mais que savent-ils de notre communauté, de notre projet de vie ?


« Le retour à l’emploi est l’un des objectifs du traitement d’un burnout »

1. Le burnout n’étant pas reconnu comme maladie, un professionnel de santé ne peut pas se proclamer expert du burnout (la chose nous a été clairement indiqué par le Conseil National de l’Ordre des Médecins, d’où notre chaine d’entraide),

2. Il n’y a pas de traitement type puisque le burnout est un processus de dégradation de l’état de santé du à l’exposition prolongé à un stress chronique, alors quel traitement et pour quelle phase ?


« Le retour en entreprise après une longue absence peut constituer un véritable challenge pour un salarié »

Les personnes touchées n’ont malheureusement pas le loisir de raisonner en terme de challenge ! Leur ambition première est de venir à bout de cette fatigue hors norme qui peut même affecter les facultés intellectuelles.

D’où vient cette certitude que le salarié a envie de reprendre le chemin de l’entreprise ?

Un panel de dizaines de patients dans un cabinet privé suffit il à ériger de grandes théories implacables ? Je ne commente même pas le soi-disant sentiment de culpabilité qui envahirait le patient ou sa phobie ! Parole de psy…

Le cerveau humain fonctionne par association, il est donc facile de comprendre que le simple fait de revenir sur son lieu de travail suffise à réveiller de très mauvais souvenirs.

Si le salarié en éprouve le besoin, il est donc important qu’il puisse trouver une écoute par un professionnel de santé compétent et à l’écoute.

Le retour à l’emploi n’est pas forcément souhaité par tous (et rarement dans la même entreprise) et il ne peut pas être imposé dans le cadre d’un traitement. Disons plutôt que cette option fait traditionnellement partie du dispositif de prise en charge et mais il revient au salarié de formuler ses souhaits et surtout d’être acteur de sa vie.

Un burnout n’est pas une crise du milieu de vie qui amène certains cadres à revoir leurs choix de vie et à quitter le secteur bancaire pour devenir artisan, aidé en cela par une psychothérapie… Même si ces psychologues aux théories souvent vaseuses voudraient nous le faire croire. Je vous fais donc grâce du passage sur la stratégie de communication que le salarié doit mettre en place face à ses anciens collègues… et vous retrouve dans un mois avec cette fois un rythme de publication mensuelle.
Dans l’attente, si vous avez les pieds bien sur terre et que vous voulez nous rejoindre et nous soutenir, je vous invite d’abord à lire avec attention notre projet, nos statuts et notre Code éthique.

Adhérer à l’AFBO n’est pas anodin, il faudra vous engager !
Merci à vous tous et à nos soutiens sur Twitter @AssoBurnOut !

Auteur : Léa Riposa
Publié le 8 octobre 2017