Archives du Tag : maladie professionnelle

Droit de réponse

AFBO-truthDans la cohorte des opportunistes et adeptes du « burnout » à but lucratif (1), nous comptons désormais deux journalistes, auteures d’un livre au titre sensationnaliste qui paraitra le 3 février prochain.

Vous ne pourrez pas le louper, je suis certaine qu’il sera en bonne place aux rayons des libraires, le « burnout » est un business ne l’oublions pas.

Outre le fait que mes propos ont été dénaturés, ce qui me pose problème, c’est le message que cet énième ouvrage risque de véhiculer. Je vais bien entendu demander un droit de réponse à l’éditeur mais dans l’attente, je m’accorde un droit sur cet espace.

Lien direct et essentiel

AFBO-SolidaritéAprès le témoignage de Xavier, ce billet sera le dernier avant la prochaine publication du 3 janvier 2016.

Cette pause qui n’en est pas une, me permettra de dépouiller les bulletins de vote de nos adhérents qui ont été sollicités sur de nombreuses questions à l’occasion de notre première Assemblée générale.

Non, pas de pause à l’AFBO, les témoignages et appel à l’aide arrivent chaque jour sur notre boite mail. Ce qui me frappe encore et toujours, c’est le décalage entre les messages diffusés dans la presse et la dure réalité des travailleurs touchés par cette maladie professionnelle.

Réparation ou reconnaissance

AFBO-lawBillet à dédié à D.K. dont j’attends des nouvelles avec impatience.

Le grand ramdam du « burnout » et de la reconnaissance de la maladie professionnelle a commencé il y a bientôt 3 ans, depuis qu’un prophète du malheur a compris qu’il s’agissait d’un bon filon autant que l’occasion d’une exposition médiatique sans précédent.

Il n’aura échapppé à personne que la communauté des patients n’a jamais été consultée ni associée à ces débats. Et ce n’est pas faute d’avoir informé les médias.

J’ai donc approché une à une toutes les autorités impliquées dans la reconnaissance du burnout comme maladie professionnelle. J’avoue que la dernière réunion m’a laissée perplexe.

Burnout politique

AFBO-VisagesÀ Marie-Laure.

J’avais prévu d’écrire cette semaine sur le « burnout » du dirigeant et sur le difficile parcours de ces personnes qui ne bénéficient d’aucun régime de protection. Mais une fois encore, ce sont vos témoignages qui en ont décidé autrement.

Cette semaine plusieurs d’entre eux convergent dans le même sens, comme écrits d’une seule et même plume. J’entends et je lis à la fois la solitude et le désarroi des cadres et pressens déjà l’écho de leur traumatisme à venir, si l’on n’agit pas au plus vite.

Au même moment, je découvre un article de presse montrant, l’air conquérant, l’un de nos députés tel le chevalier blanc, s’emparer de notre maladie et de notre destin. Mais de quel droit au fait ? Que sait – il de notre communauté ?

Le leurre et l’argent du leurre

AFBO-auditoriumPour des raisons purement techniques (1), je rédige ce billet avec quelques jours d’avance. Nous sommes le 11 mars et ce soir auront lieu les Etats généraux du « burnout » dont l’intention est faire reconnaître le « burnout » comme maladie professionnelle.

Je n’y assisterai pas car c’est déjà fait. Je ne peux que constater l’inefficacité de la manoeuvre (appel burnout) et déplorer son caractère opportuniste.

Si je reviens sur cet écran de fumée, c’est surtout parce qu’il a généré de faux espoirs et des certitudes comme le montrent les curieux messages reçus cette semaine : pourquoi ne parlez-vous pas de la loi sur la reconnaissance sur votre site ? et du cabinet d’avocat qui organise la réunion et défend les malades ?