Xavier

AFBO-Témoin N°5Je vous remercie pour l’attention que vous porterez au témoignage d’un adhérent qui doit encore rester anonyme, appelons-le Xavier.

Il résume à lui seul le parcours du combattant de nos protégés, un message  essentiel.

Merci pour votre lecture bienveillante.

L’espoir au milieu de la tempête

J’ai lu le billet du 15 novembre, et j’ai envie de dire que dans des situations extrêmes l’instinct prend le dessus pour sauver ce que nous avons de plus précieux.

Si je peux me permettre, je retrouve dans la descente aux enfers du burnout des parallèles. Je parle de mon exemple avec cette chape de béton qui m’oppressait de partout, la connaissance et la vision étaient là mais la charge incommensurable, et à un moment, mon corps meurtri, en souffrance de partout a dit stop, trop c’est trop, veux tu vivre ou disparaître ? En jetant l’éponge, ce n’est effectivement pas de défaitisme qu’il s’agissait, mais oh combien d’instinct de vie !

Aujourd’hui, je suis tellement heureux d’avoir laissé de côté « la raison d’Etat » et d’avoir écouté ma petite voix intérieure, elle m’a sauvé.

Alors l’enfer n’est pas terminé, il se mue en parcours semé d’embûches médicales, administratives, sociales et financières, c’est ton nouveau métier. Et puis un jour tu vas mieux d’un point de vue santé, sorti de ton capharnaüm, tout en sachant que ton corps te renvoie régulièrement des signaux pour dire : non plus jamais ça.

Alors comment envisager l’avenir sans écoute médicale adaptée, sans nomenclature, tu es hors cadre social, hors cadre médical, tu rentres dans aucune case. Tu viens de vivre un choc, la vie a repris le dessus et on voudrait maintenant t’achever en te laissant sur une voie de garage qui se terminerait en cul de sac. Car la négociation avec son employeur et la reconversion sont des étapes qui, comme pour un traumatisme, ne se déroulent pas de la même manière à 20, 40 ou 60 ans, plus on avance dans l’âge moins les choses sont réversibles.

J’aimerais tellement tourner la page aujourd’hui, finir ma reconstruction, je reste hélas au fil des semaines dans une ronde d’expectatives tantôt médicale, tantôt juridique. L’espoir est là, mais les procédures sont épuisantes en regard du traumatisme vécu!

Merci à l’AFBO pour votre accompagnement et votre soutien.

Xavier.